Kénose (du grec kenosis : vide, dépouillé)
Terme technique du langage théologique ayant pour origine le verbe grec kénoô, utilisé par Saint Paul (Ph 2, 6-7) pour signifier le dépouillement du Christ dans son humanité Dans la théologie catholique, la Kénose désigne donc le fait pour le Fils, tout en demeurant Dieu, d'avoir abandonné en son Incarnation tous les attributs de Dieu qui l'auraient empêché de vivre la condition ordinaire des hommes.

Kérygme (du grec : kérygma, proclamation, message)
Ce terme a été utilisé pour désigner l'annonce, faites aux incroyants par les premiers chrétiens, du contenu essentiel de leur foi en Jésus-Christ. Ce mot continue à être employé aujourd'hui pour évoquer la proclamation missionnaire de l'essentiel de la foi chrétienne.

Kyrie eleison (Formule grecque qui signifie:"Seigneur, prends pitié")
Cette formule est très ancienne dans la liturgie catholique. Comme l'attestent des documents du IVème siècle, elle a d'abord été utilisée comme réponse du peuple dans les litanies, elle l'est encore ainsi en Orient. Ce n'est qu'en 598 que Grégoire le Grand la double d'une invocation au Christ (Christe eleison, Christ prends pitié), et c'est probablement à cette époque que l'invocation, telle qu'elle est dite aujourd'hui, prend sa place au cours de la messe.